Caubeyres

Imprimer   
Mairie Le bourg 47160 Caubeyres
+33 5 53 79 47 17

Irrigué par l'or bleu de la Baïse et de la Garonne, enrichi par l'or rouge du Vignoble de Buzet, vivifié par l'or vert des pins et des vergers, Caubeyres, au cœur du pays d'Henri IV, est une destination pleine de charme et d'éclat. Proche du parc naturel régional des Landes de Gascogne,elle fait partie de la Communauté de Communes "des Coteaux et Landes de Gascogne". Le village a su, très tôt, tirer profit de sa forêt qui couvre les 4/5 de son sol. Ainsi, l'écorce de robinier est utilisée pour le tannage des cuirs et celle du chêne-liège dans la fabrication des bouchons. Par ailleurs, Caubeyres est l'une des premières communes de France où fut testée la culture du tabac, en 1863. Aujourd'hui, le gemmage a été abandonné, mais la forêt attire de nombreux touristes.
La grande ville la plus proche de Caubeyres est Agen et se trouve à 40 kilomètres environ. La gare la plus proche de Caubeyres se trouve à Aiguillon (12 kilomètres).
On compte 32 lieux-dits à Caubeyres : Le Bourg ; le Sauvage ; la Plaine ; Terrefort ; Roudes ; la Magdeleine ; Fourques ; au Pin ; Lartigau ; Cap du Bosc ; Lapeyrade ; Bourdieu ; la Paloumere ; Pejouan ; au Gebra ; Bigné ; al Bosc Espes ; Janicotet ; la Marianne ; au Negrat ; au Surron ; aux Durans ; Cranté ; la Hontine ; las Graouettes ; le Bourdineau ; le Chacal ; le Petit Sauvage ; Pelahaut ; Pingareaud ; Saumeron ; Terre de Bigné.

A voir :
- un château : en 1342? Edouard III concède à Pons d'Andiran les droits de péage pour le lieu de Caubeyres. Les tours, notamment la tour nord-ouest, une partie d'un corps de logis attenant et l'ouvrage d'entrée sont en pierre de taille en moyen appareil et semblent dater du 14ème siècle, ce que confirme une archère en croix pattée dans la tour nord-ouest : le château pourrait avoir été construit pour les Albret, le premier seigneur connu étant Raymond d'Albret d'après une mention de 1383. La tour nord-est, le logis et des bâtiments ruinés en moellon ont été repris à une date postérieure, peut-être au 15ème siècle et à l'époque moderne. Le château est passé aux Xaintrailles au 15ème siècle, puisqu'il est cité dans le testament de Pothon de Xaintrailles le 11 août 1461. Bernard de Lamothe, gouverneur de Casteljaloux en hérite, puis Antoine de Chamborel, son successeur. P. Jentin indique une canonnière qui n'est plus visible
- l'église paroissiale Saint-Pierre. Édifice que la simplicité du plan, le chevet constitué d'une abside semi-circulaire, la fenêtre axiale monolithe et la régularité de l'appareil en pierre de taille, de moyenne dimension, permettent de dater du 12ème siècle. Georges Tholin la date cependant du 11ème siècle. Au 16ème siècle probablement, la nef a été reconstruite et rehaussée par rapport à son niveau d'origine ainsi qu'ont été modifiés le portail en arc brisé et le clocher-mur. À la fin du 19ème siècle, les ouvertures et les voûtes ont probablement été transformées. En 1879, le clocher-mur est transformé. La sacristie est en ruine en 1898 et reconstruite en 1899.
- l'église paroissiale Sainte-Madeleine édifiée au 12ème siècle ; l'arc triomphal présentait deux chapiteaux à grandes feuilles lisses, publiés par P. Jentin (actuellement non visibles). Le clocher-mur a été probablement construit à la fin du Moyen Age. En 1890, l'église est mentionnée en ruines.
- deux moulins à eau sont indiqués sur la carte topographique de la Guyenne dressée par Belleyme, vers 1763-1764, dont l'un, dit de Caillerot, pourrait correspondre à ce moulin. Le bâtiment a probablement été reconstruit de la 1ère moitié du 19ème siècle. Il possède deux meules.

drapeau Français

Mairie :

- le jeudi : toute la journée, 8h30-17h.

Nom du Maire : Mme CARLES Marie-Françoise

 

Divers :

Habitants : Caubeyrais/Caubeyraises
Nombre d'habitants : 247
Superficie : 14,5 km2

Habitants et nouveaux arrivants : en savoir plus sur la commune en consultant e-Territoire

en vigueur dans la commune.
    Voir les options
De :
 ou 
Vers :
 ou